Oswald Spengler et Gabrielle Roy : quelques pistes de lecture 

Type de publication:

Journal Article

Source:

Cahiers franco-canadiens de l’Ouest, Volume 13, Ticket 2, p.143-156 (2001)

Texte complet:

Dans cet article, Stephan Hardy montre que la contribution intellectuelle de Gabrielle Roy a été longtemps sous-estimée, et que l’œuvre de la romancière manitobaine, du point de vue de sa portée philosophique, mérite une réflexion plus poussée que celle qui a été menée jusqu’ici. Pour commencer, Hardy présente quelques points de ressemblances entre Le déclin de l’Occident du philosophe allemand Oswald Spengler et l’œuvre royenne, sans pour autant en déduire que l’un des auteurs soit l’inspiration directe de l’autre. En effet, il montre dès le début de cet article qu’il est impossible de savoir si Roy a lu l’œuvre pourtant célèbre de Spengler, parue en 1918. Pourtant, les œuvres de ces deux auteurs peuvent être sujettes à un rapprochement. Se servant du fait que les deux œuvres partagent trois notions fondamentales  – le relativisme culturel, une conception non-linéaire de l’histoire et du temps, une acceptation de la mort comme terme absolu à la vie –, Hardy engage ainsi une réflexion sur le programme proprement philosophique de Roy. [par Annick Lavogiez]