François Ricard a été professeur de lettres françaises et québécoises à l’Université McGill (Montréal) de 1971 à 2010. Il est membre du Comité littéraire des Éditions du Boréal (Montréal), où il dirige la collection d’essais «Papiers collés», ainsi que les «Cahiers Gabrielle Roy». Il a publié des livres sur Gabrielle Roy (Introduction à l’œuvre de Gabrielle Roy, Fides, 1975/Nota bene, 2001; Gabrielle Roy, une vie, Boréal, 1996/2000; Édition du centenaire des Œuvres complètes, Boréal, 2009-2013; Album Gabrielle Roy, Boréal, 2014) et sur Milan Kundera (Le dernier après-midi d’Agnès, Gallimard, 2003; préface et notices de l’édition définitive de l’Œuvre dans la Bibliothèque de la Pléiade). Il est l’un des co-auteurs de Le Québec depuis 1930, deuxième volume de l’Histoire du Québec contemporain (Boréal, 1986). Il a également signé des essais : La littérature contre elle-même (Boréal, 1985/2002), La génération lyrique (Boréal, 1992/2001), Chroniques d’un temps loufoque (Boréal, 2005), Mœurs de province (Boréal, 2014). Docteur honoris causa de l’Université du Manitoba, il a reçu la «Grande médaille de la francophonie de l’Académie française» en 2001 et un des Prix Killam du Conseil des arts du Canada en 2009.

Référence(s) bibliographique(s): 

L’atelier de Gabrielle Roy

Ricard, François. 2010. « L’atelier de Gabrielle Roy ». L'Atelier du roman, no 62, p. 19-33.

Gabrielle Roy est souvent étudiée dans « un petit contexte », c’est-à-dire dans une perspective féminine, féministe, régionale, « post-coloniale », etc. Dans cet article, François Ricard rappelle « l’universalité », ou du moins le désir d’universalité, de Roy et s’attache à montrer que l’œuvre royenne doit être située dans le « contexte universel de l’art du roman ».

Gabrielle Roy inédite. Suivi de « La maison rose près du bac », nouvelle inédite de Gabrielle Roy

Le Groupe de recherche sur Gabrielle Roy, mis sur pied à l’Université McGill, a entrepris le projet d’étudier la totalité des écrits inédits, « quasi-inédits », correspondance et autres manuscrits qu'a laissés la romancière. Cet ouvrage rassemble une série d’études menées par André Brochu, Jane Everett, Martine Fisher, Dominique Fortier, Sébastien Hamel, Gilles Marcotte, Sophie Marcotte, Ginette Michaud, Sophie Montreuil, Annie Pronovost, François Ricard, Christine Robinson, Yannick Roy et Lori Saint-Martin.

L'écriture "immergée" de Gabrielle Roy

Ricard, François et Jane Everett. 2000. « L'écriture "immergée" de Gabrielle Roy ». In Gabrielle Roy inédite, sous la dir. de J. Everett, Ricard F, p. 7-24. Coll. « Gabrielle Roy inédite ». Québec : Nota bene.